Livre blanc : Développer les nouvelles formes d'emploi et d'activité

27 octobre 2016

A l'occasion des élections présidentielles, la Fédération des entreprises de portage salarial publie son livre blanc Développer les nouvelles formes d'emploi et d'activité. 

Loin de formuler un simple voeux pieux, les membres de la FEPS ont passé en revue les différentes formes d'activité qui se sont développées en France ces vingt dernières années et leur impact sur le monde du travail.

 

 

Une réponse à l'ubérisation de l'économie

 

A la fois réponse à l'aspiration des actifs à plus d'autonomie et remise en question de la hiérarchie de l'entreprise, les plateformes ont remis en cause l'emploi et l'économie classiques du XXe siècle.

Le salariat en CDI à temps plein connaît un recul au profit de contrat plus courts, et parfois plus précaires, mais il laisse également place à plus d'initiative individuelle comme en témoigne le succès non démenti du statut d'autoentrepreneur.

Entre salariat et indépendance, le portage salarial, les coopératives d'activité et d'emploi, le temps partagé et les groupements d'employeurs sont apparus pour apporter une réponse aux actifs et aux demandeurs d'emploi qui naviguent d'un statut à l'autre.

Que ce soit pour le conseil, l'accompagnement ou la gestion de leur activité, les actifs peuvent désormais compter sur des acteurs en pleine croissance pour créer leur propre emploi pérenne.

 

Des mesures simples pour enrayer le chômage de masse

 

Longtemps boudées par les pouvoirs publics, les nouvelles formes d'emploi sont désormais entrées dans le code du travail. S'il reste encore quelques ajustements nécessaires, cette reconnaissance de leur importance dans le monde du travail est un signe encourageant pour tous les acteurs du secteur.

 

Aux pouvoirs publics, les entreprise de portage salarial font 8 propositions :

 

  1. Promouvoir les nouvelles formes d’emploi auprès du grand public, et particulièrement auprès des jeunes et des demandeurs d’emploi.
  2. Ouvrir le portage salarial à tous les métiers exercés par les autoentrepreneurs, et autoriser les particuliers à faire appel à des salariés portés.
  3. Supprimer la garantie financière inopérante pour les entreprises de portage salarial.
  4. Ne pas imposer de rémunération minimum en portage salarial afin de ne pas exclure les professionnels non-cadres.
  5. Permettre le portage salarial pour des missions au-delà de 36 mois.
  6. Etablir une charte nationale de qualité des entreprises de portage salarial.
  7. Créer une branche spécifique aux nouvelles formes d’emploi, seule à même d’appréhender leurs particularités de fonctionnement.
  8. Créer une Agence Nationale des nouvelles formes d’emploi (ANNFE), chargée de suivre l’évolution des pratiques et de collecter les données du secteur afin de proposer une réglementation adaptée à la réalité du terrain.

 

Pour plus d'information, vous pouvez télécharger le Livre Blanc ici.