Le portage salarial au secours du BTP

21 juillet 2016

 

Forts d’un marché de près de 200 milliards d’euros, le bâtiment et les travaux publics permettent à plus d’ 1,5 millions d’actifs d’exercer une activité. Parmi ceux-ci, on près d’un cinquième sont des travailleurs indépendants, habitués à jongler entre plusieurs chantiers.

 

De plus, le BTP fait intervenir un éventail de métiers plus nombreux et plus variés que dans la plupart des autres milieux professionnels : ingénieur, chauffagiste, conducteur de travaux, électricien, dessinateur, menuisier, urbaniste, carreleur …  un secteur qui nécessite donc de nombreux savoir-faire.

 

Mais la construction est également gangrénée par le travail informel : 13,7% des entreprises du secteurs avaient recours à des travailleurs non-déclarés en 2014, soit le taux le plus important tous secteurs confondus. Face à la cascade de sous-traitants et à la difficulté des artisans de dégager des marges, il existe une solution simple pour enrayer cette tendance : le portage salarial.

 

Le portage salarial est d’abord idéal pour les 565 000 entreprises françaises de BTP et tous les autres clients qui souhaitent sous-traiter et non pas embaucher. Les employeurs ont ainsi accès plus facilement et souplement à une main d’œuvre diverse et spécialisée. Ils peuvent disposer de réponses, de solutions et d’interventions dans des délais bien plus courts que d’ordinaire.

 

Nombreux sont les professionnels expérimentés qui désirent se réinsérer dans le marché du travail. Que leur inactivité soit due au chômage, à l’âge ou la fin d’un chantier, le portage salarial peut s’avérer une solution salutaire. Il s’agit de poursuivre son activité en étant son propre patron et avec le statut de salarié. Le salarié porté est débarrassé de la gestion de la paperasse et du paiement des charges pour lui-même et pour ses salariés. Il n’a plus à s’encombrer d’un trésorier, d’un assureur ni d’un comptable puisque tout est fait en interne pour lui.

Les actifs du BTP peuvent ainsi bénéficier des avantages sociaux du salariat ainsi que des conventions collectives du bâtiment qui bien évidemment s’appliquent. A cela s’ajoute l’autonomie pour gérer les clients, les chantiers et les tarifs. Chacun organise son temps de travail et négocie librement les devis, les prix, les délais, bref la prestation. 

 

Pour vous lancer en portage dans le BTP contactez l’entreprise la plus proche de chez vous !