5 idées reçues sur le portage salarial

10 juin 2016

 

On lit beaucoup de choses à propos du portage salarial...la FEPS passe au crible 5 idées reçues.

 

1) Le portage salarial est réservé aux cadres

 

FAUX. Depuis la censure par le Conseil constitutionnel de l’accord professionnel du 24 mars 2010, le portage est ouvert aux cadres comme aux non-cadres (qui représentent plus de la moitié des salariés portés en France), et les portés choisissent librement leur statut (souvent en fonction de leur taux de facturation journalier).

Si le portage salarial concerne en grande partie des non-cadres, c’est parce que ces derniers ont bien compris l’intérêt d’un tel statut qui les sécurise et leur offrant l’autonomie d’un travailleur indépendant et le protection sociale d’un salarié.

 

Consultez notre liste des métiers en portage salarial

 

2) Un salarié porté ne peut travailler qu’en France

 

FAUX. Un travailleur indépendant porté peut travailler hors de France que ce soit pour des sociétés étrangères ou pour des sociétés françaises basées à l’étranger.

 

3) Il est impossible de cumuler un emploi salarié et une activité en portage salarial

 

FAUX. Il est tout à fait possible de cumuler une activité salariée avec une activité en portage salarial, le cumul de statuts et la multiactivité sont l’essence de cette nouvelle forme d’emploi.

Le cumul reste toutefois soumis à l'accord de l’employeur, et le porté veillera à ne pas dépasser la durée maximale de travail autorisée par la loi, soit 48h par semaine.

 

4) Un indépendant porté ne bénéficie pas de la même protection qu’un salarié ordinaire

 

FAUX. Le principe même du portage salarial consiste à permettre aux travailleurs portés de bénéficier des mêmes protections que tous les salariés. Ils sont par exemple indemnisés en cas d’accident du travail ou d’arrêt maladie, et les congés maternité et paternité sont pris en compte. De manière générale, un salarié porté bénéficie des mêmes droits qu'un saalrié classique, qu’il s’agisse d'assurance maladie, de prévoyance, de retraite, de chômage ou de formation professionnelle …

 

5) Les démarches pour devenir un salarié porté sont longues et compliquées

 

FAUX. Les procédures administratives s’effectuent tout à fait rapidement. A vrai dire, elles dépendent surtout de la réactivité du consultant et de l’entreprise avec laquelle il prévoit de travailler. La société de portage prend en charge les déclarations légales, ainsi que la gestion administrative et comptable de l’activité du porté, qui n'a plus qu'à se consacrer à l'exercice de son métier. Le maître-mot du portage salarial : "simplicité".